Dernières critiques





8 décembre 2015

Critique #7 : Reboot — Des soldats revenus de loin


Reboot
(Reboot #1)

AMY TINTERA

MSK, 12 février 2014

Amazon / Booknode


IL Y A CINQ ANS, JE SUIS MORTE.
178 MINUTES PLUS TARD, JE SUIS DEVENUE UNE REBOOT.

178.
C'est le chiffre tatoué sur mon bras.
C'est le nombre de minutes durant lesquelles je suis restée morte.

Je suis une Reboot.
Tuée par un virus foudroyant, ressuscitée sous une forme quasi surhumaine. Je ne sens plus la douleur, ni les émotions.
178 minutes de mort clinique ont fait de moi un robot, un soldat. J'obéis aux ordres, je traque, je tue. On me confie les nouveaux Reboots. S'ils échouent, ils meurent. Ca ne me fait rien, je suis Wren 178.
Je suis restée sans vie pendant 178 minutes.

Pourtant, depuis que j'ai rencontré Callum, un Reboot 22, je ne me suis jamais sentie aussi vivante.




Franchement, les histoires de zombies ne m’attirent pas, même pas du tout. Le seul livre que j’ai lu sur le sujet c’est World War Z, et j’ai préféré le film au livre, sans rire.
Parfois, j’ai des goûts de chiottes aussi, je vis avec. Mais là, il y a quelque chose qui m’attire dans « Reboot », je trouve que le contexte est original et j’avoue que ça me plaît bien : l’idée d’avoir des revenants qui ne sont pas des mangeurs de chair lobotomisés. Et puis les bonnes critiques ont joué en sa faveur.

Pour commencer, et comme je le pressentais. L’histoire est vraiment originale, j’ai tout de suite accroché à cette bande de gamins soldats, qu’on préfère utiliser pour leurs compétences extraordinaires plutôt que de les laisser parqués dans un coin au frais de la princesse, comme on dit.
L’ambiance est clairement militaire, avec un vocabulaire adéquat et des situations qui peuvent être très dures, mais sans que ça devienne trop exagéré et donc cliché.

Wren n’est pas super attachante à mes yeux, mais j’imagine que c‘est voulu. Je n’apprécie pas son comportement de parfait petit soldat sans cœur, tout en contraste avec Callum. Elle est froide, méthodique, insensible tant sur le plan physique que sentimental. Enfin, du moins au début. Elle est un peu brute de décoffrage.
Quant à Callum, il est beaucoup plus nuancé et par conséquent, plus accessible. D’emblée, c’est une vraie lavette : fragile, hyper sensible, avec de l’humour et un comportement à la limite de l’enfantin, très exaspérant pour Wren. Mais par moments, il devient beaucoup plus dur, voire colérique, il prend des initiatives et écoute sa conscience. Ce que Wren ne fait plus depuis longtemps. En un sens, on peut dire qu’ils s’accordent vraiment bien.
Et l’histoire est d’autant plus importante qu’elle repose entièrement sur leur relation, en tout cas, le point de départ. C’est ce qui va mettre le feu aux poudres.

Cela étant, j’ai trouvé que la lecture était très fluide, alternant sans problème les descriptions, les dialogues et les phases d’action, mais je regrette que le style ne soit pas plus soigné et plus riche. Je ne sais pas si ça vient de la traduction ou si c’est comme ça en VO, mais vraiment, c’est pauvre et souvent redondant dans les formules.



— Une histoire de zombie revisitée.

— Callum, une étincelle dans le roman.

— J’ai adoré la fin.

— Vous savez quoi ? Il n’y a pas de triangle amoureux, dingue, non ? ^^

— Trop fade dans le style, trop « nude ».


Un très bon livre, pas forcément un coup de cœur au premier abord mais j’ai passé un bon moment avec cette lecture. Le concept du mort-vivant est bien réadapté et ça m’a donné envie de tout lire d’une traite.
Je n’étais pas très à l’aise avec cette narration à la première personne au passé simple, mais je me suis vite habituée, malgré le style pauvre. C’est peut-être une histoire de traduction alors j’irai surement faire un tour du côté de la VO.

Dans tous les cas, je recommande aux fans du genre où à ceux qui en ont marre des zombies qui se contentent de ramper et de grogner.



*grognements*... de plaisir, bien sûr !



3 commentaires:

  1. Eh ben ! Lu d'une seule traite ?!
    C'est que c'est (même si tu appuie bien sur le fait que ce n'est pas un coup de cœur) un sacré roman :D

    Je pense aller faire un tour à la FNAC, moi ^^

    Cool ta critique Elsa :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ;-)
      Et oui, c'est un roman bougrement efficace, et c'est bien ça l'essentiel, il mérite sa place dans les bibliothèques.

      Supprimer
  2. J'avais adoré à l'époque ou je l'ai lu! Le concept des zombies est vraiment originale et Callum hyper attachant!

    RépondreSupprimer