Dernières critiques





10 décembre 2015

Critique #9 : Syrli — Derrière la barrière magique


Syrli
(Syrli #1)

MEAGAN SPOONER

Milan Macadam, 16 janvier 2013

Amazon / Booknode


Dans un monde normal, Syrli pourrait être une jeune fille comme les autres. Aller au lycée. Tomber amoureuse. Se disputer avec ses parents…
Mais Syrli ne vit pas dans ce monde-là. Son monde est en lambeaux, l’humanité ne tient qu’à un fil. Une seule ville a réchappé de la destruction, protégée du chaos extérieur par une barrière d’énergie.
Pour fonctionner, elle est alimentée par l’énergie vitale dégagée par certains adolescents aux pouvoirs particuliers : les renouvelables. Syrli serait des leurs, mais refuse d’être réduite à une simple batterie humaine.
Une seule issue : la fuite.




« Syrli » est le premier tome d'une trilogie dystopique du même nom, de Meagan Spooner. Cela fait plusieurs années que le premier tome est sorti mais je n'en ai entendu parler que lorsque l'annonce de l'abandon de la série a été officialisée peu après le deuxième tome. J'avoue que ce mélange magie/technologie m'intrigue pas mal ! Et puis, je suis toujours attirée par les séries qui ont été abandonnées, allez savoir...

Que dire de Syrli… C’est une jeune fille plutôt banale, avec un instinct de survie impressionnant mais ça ne suffit à faire d’elle un personnage attachant. En fait, le souci c’est qu’elle reste très longtemps dans la position de l’adolescente qui subit, plutôt qu’elle n’agit. Alors c’est vrai qu’elle a des circonstances atténuantes, mais c’était long.
Cela étant, elle a réussi à éveiller ma curiosité au fur et à mesure.
Pour Oren, c’est différent, au début, c’était un personnage mystérieux et effacé. Un peu bourru, chasseur né avec une aptitude à la survie qui dépasse de loin celle de Syrli.
Leur duo n’est vraiment pas naturel et on ne peut pas parler de romance avant un certain point du roman, et encore, c’est plutôt vague, je trouve.

Bon avec tout ça, j’ai l’impression de ne parler que de négatif, mais il y a aussi du positif. Comme l’histoire. J’ai tout de suite accroché à cette histoire post-apocalyptique avec ces villes calfeutrées derrière des barrières magiques. C’est la première fois que je lis un livre mélangeant magie et technologie et je trouve que c’est plutôt réussi. La fin du livre apporte un début de réponse pour quelques questions mais ça reste vraiment très léger.

Globalement, ma lecture a été très lente, en plusieurs étapes. J’ai trouvé que c’était très long à démarrer, et qu’il fallait atteindre un nombre de page affriolant avant d’avoir un peu de grain à moudre, tant sur Syrli que sur le contexte. Du coup, j’ai eu le sentiment que c’était pauvre, du moins, la première moitié du roman. Je pense que ça aurait pu être mieux avec cette histoire.



— Le contexte post-apocalyptique, mêlant magie et technologie.

— De grosses lenteurs dans le récit qui gênent la lecture.

— Un personnage principal un peu fade.

— Trop peu de réponses en fin de roman.


Bilan : Pas très emballée par cette lecture et je comprends qu’elle ait pu en décevoir certains. Ce n’est qu’à la moitié du roman que j’ai commencé à lire avec assiduité et c’est dommage parce qu’on sent bien que l’histoire a du potentiel.
J’ai longtemps hésité avant de mettre trois étoiles, mais comme j’avais quand même envie de lire la suite, je ne pouvais pas mettre moins. Je pense que ce roman souffre de grosses maladresses mais qu’il reste quand même intéressant, alors je vais prendre le tome 2 et voir si l’auteure corrige ses défauts.



Peut mieux faire !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire