Dernières critiques





8 mai 2016

Critique #63 : Sous surveillance — On prend les mêmes et on recommence


Sous surveillance
(L'élite #2)

JOELLE CHARBONNEAU

Milan Macadam, 4 février 2015

Amazon / Booknode


Après avoir réussi le Test, Cia rentre enfin à l'Université où elle va découvrir sa « matière principale » et la carrière dans laquelle elle devrait se lancer. Cependant, les test ne sont pas finis. Afin de montrer qu'elle est la meilleure et qu'elle est capable, elle devra encore surmonter des obstacles : notamment l'induction, une série d'épreuves inventées par les dernières années. Cia réussit toujours avec excellence et cela va soulever des questions... Cia restera-t-elle dans la course et arrivera-t-elle à changer les choses ?




Attention : Comme pour toutes les critiques de suite, les paragraphes qui suivent peuvent comporter des spoilers, uniquement pour les personnes n'ayant pas lu le premier tome. Pour les autres, pas de panique, je n'ai rien mis de compromettant.

J’avais refermé « Résilience » sur une note assez positive, regrettant malgré tout quelques impairs au niveau des personnages et de la trame. J’espère vraiment que le récit va s’approfondir dans ce tome 2, j’attends plus d’explications sur cette sélection, sur l’université, la Capitale, les épreuves, enfin bref, j’aimerais qu’on décolle un peu du cadre des examens pour passer au-dessus et entrevoir la finalité.

Après coup, je me rends compte que j’ai eu tout de même un gros problème avec cette lecture. Je m’explique ; en commençant à lire, j’ai assez vite réalisé que le roman prenait exactement la même tournure que le premier tome, et ça m’a dérangé au plus haut point.
Le schéma est pareil, le rythme aussi.
Ce qui fait que j’ai trouvé le début extrêmement long et j’ai commencé à vraiment accrocher à l’histoire vers le dernier quart du roman… Avant cela, j’ai lu comme un robot. En mode automatique.

Donc, vis-à-vis des personnages, je n’ai pas grand-chose à dire.
Cia est un personnage attachant mais je ne me l’imagine pas du tout s’opposer au système, tant dans la posture que dans le dialogue. J’aime beaucoup son raisonnement et sa vivacité d’esprit, mais même à la fin, j’ai du mal à la voir dans un rôle plus important et je ne saurais vraiment pas vous dire pourquoi. Cela dit, l’évolution du personnage est visible et ça reste agréable. Maintenant, peut-être que c’est différent dans le troisième tome, je ne sais pas, mais là pour moi, ça ne fonctionne pas vraiment.
En revanche, j’aurais bien vu Tomas dans un rôle plus important, plus tôt. Il n’est pas beaucoup présent dans ce livre alors on ne peut pas parler d’évolution et c’est bien dommage, il aurait équilibré un peu la balance je pense.
Et leur amourette… totalement insipide à mes yeux. C’est fade, c’est creux ! Après tout ce qu’ils ont vécu, et ce qu’ils continuent de vivre, je m’attendais à plus d’étincelles, plus de sentiments, plus de vie ! Hélas…
L’université, le gouvernement et la rébellion nous apporte un nouveau lot de personnages mais je n’ai pas réussi à me les approprier, il y en a de très intéressants, comme la Présidente, mais l’ambiance « Ne fais confiance à personne » n’aide pas vraiment à les cerner et à les apprécier. Tout comme Cia, on ne sait pas à qui on peut faire confiance, qui croire ? De qui se méfier ?

Pour revenir un peu plus en détails sur la trame du roman, on peut dire qu’il se distingue en deux parties, la première bien plus grosse que la deuxième, mais malheureusement c’est aussi la plus répétitive, surtout quand on sort à peine de la lecture du premier livre. Le schéma étant le même, cette partie est assez prévisible, dans une certaine mesure. Par contre, à un moment, j’ai commencé à aller de découverte en découverte, de surprise en surprise, et j’ai commencé à réellement aimer ma lecture. Et puis tout à coup, cette fin abrupte mais tendue. Et bonne, vraiment bonne.



— Le dernier quart du roman. C’est exactement ce qu’aurait dû être tout le livre.

— La fin est bonne et elle pousse vers le troisième tome.

— Très très long à démarrer.

— Je regrette que certains personnages n’aient pas été plus mis en valeur, comme Tomas.

— Pourquoi avoir mis une romance si c’est pour la traiter ainsi ?


Très très mitigée pour cette lecture.
Je m’attendais à un meilleur rythme et pas à un copier-coller, en majeure partie, du premier tome. Néanmoins, il y a aussi du bon dans ce roman, même s’il vient tardivement. Et j’ai fini par me remettre sérieusement à lire dans la dernière ligne droite. Et j’ai bien aimé comme le roman se terminait. Ça m’a presque donné envie de lire la suite. Mais je pense que cette histoire n’est définitivement pas faite pour moi et qu’il vaut mieux que j’arrête là avant de me diriger tout droit vers une autre déception.



Répétitif et trop prévisible



2 commentaires:

  1. Oh! Moi qui voulais le commencer bientôt bah je crois que je vais repousser ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais... j'ai vraiment pas réussi à accrocher à celui-là... j'ai vu plein de monde qui aimait bien, et je me suis dit que ça marcherait aussi pour moi. Mais je suis complètement passée à côté... ^^"

      Supprimer