Dernières critiques





16 mai 2016

Critique #67 : L'esclave — Deux royaumes, deux princes, une guerre...


L'esclave
(Prince Captif #1)

C. S. PACAT

Milady, 29 mai 2015

Amazon / Booknode


Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d'Akielos. Mais lorsque son demi-frère s'empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d'un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s'allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.
Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l'homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr...




Il y a peu, j’ai décidé de sortir de ma zone de confort et de lire quelque chose de tout nouveau, qui ne rentre pas dans les genres auxquels je m’intéresse d’ordinaire. Je n’avais pas vraiment d’idée, je me disais juste que j’avais envie de changement, bon dis comme ça, c’est pas terrible, mais une chose en entraînant une autre, j’ai fini par m’intéresser à la série « Prince captif » de C.S. Pacat, qui propose à elle seule une romance M/M érotique, un univers antique teinté de Fantasy aux mœurs cruelles et des personnages qui ont visiblement beaucoup marqué les lecteurs… Pourquoi pas ?

La première chose qui m’a surprise, c’est le style très soutenu du roman, je n’avais pas spécialement d’a priori, mais je ne m’attendais à ce que ce soit aussi soigné et noble. Il s’agit d’un texte au passé, et narré à la troisième personne.
Une plume riche et délicate, c’est un très bon début !

Bien que le récit soit à la troisième personne, le roman tourne autour du personnage de Damianos aka Damen, le prince héritier du royaume d’Akielos.
C’est un homme – jeune homme même puisqu’il a 20 ans – qu’on pourrait aisément qualifier de brute épaisse. Combattant fier et indomptable, il a un caractère très affirmé et le fait de se voir ainsi offert en qualité d’esclave va le rendre particulièrement féroce et dangereux. C’est un personnage qu’on redoute avant d’admirer. Une figure incontestablement barbare qui, malgré sa grande expérience des batailles et de la « politique », va se révéler quelque peu naïf quant aux évènements qui l’ont mis dans cette situation. L’attachement au personnage se fait petit à petit, sans se presser et c’est d’ailleurs très agréable de prendre son temps ici.
Alors qu’on pourrait comparer Damen à un feu de forêt parfaitement incontrôlable, on découvre tout à coup un personnage en tout point son opposé : le froid et distant Laurent, prince hériter du royaume de Vere, la nation ennemie…
Laurent est un jeune homme calculateur au cœur glacial, sans parler du plaisir sadique qu’il tire à torturer les gens, entre autres choses. Il attend avec une patience à peine contenue le moment où il pourra occuper le trône à la place de son oncle, le Régent.
Laurent choisit toujours avec soin ses mots, ne parle que lorsque c’est nécessaire et adopte la plupart du temps une attitude de dédain où se cache derrière un masque parfaitement impassible. D’où les rumeurs qui le disent fait de glace…
En voilà un échange compliqué, un guerrier fier au tempérament de feu asservi par un prince froid et cruel. Couché comme ça sur le papier, c’est un peu stéréotypé, mais la vérité est tout autre. La relation entre ces deux personnages est comme un combat, fait de piques cinglantes, de regards tueurs et de gestes déplacés… c’est très progressif, mais on sent la relation évoluer pas après pas, et je ne vous parle pas de respect, encore moins de romance, simplement d’un prince qui en reconnaît un autre. C’est volontairement lent pour être particulièrement réaliste et crédible.
C’est brillant. Je n’avais jamais lu quelque chose comme ça. Il y a une telle haine entre ces deux personnages que la tension est palpable, même avec les mots et c’est là toute la puissance de ce texte. J’ai dit que c’était brillant ?
Bien sûr, même si le roman tourne autour de ces deux personnages, j’ai eu le plaisir de découvrir de nombreuses têtes secondaires, têtes couronnées ou non d’ailleurs, mais avec des personnalités très marquées qui trouvent sans mal leur place dans ce récit dur et sombre. Ce sont tous des pions sur un échiquier géant...

Ce premier tome n’est pas spécialement riche en action, dans la mesure où il plante le décor, et il y a beaucoup à planter…
L’univers est dense et détaillé, et avant de pouvoir réclamer son trône, Damen doit d’abord rester en vie, ce qui implique d’apprendre à connaître son ennemi…
Habile manœuvre pour nous permettre à notre tour, lecteurs, d’apprendre à connaître Vere et ses traditions quelque peu… dérangeantes. Non, soyons honnêtes, certaines scènes sont dures. Horribles même, mais d’abord, elles ne sont concentrées que sur certains moments-clés, et sont en adéquation avec l’ambiance globale du livre.
Si ça avait été trop… trop, j’aurais refermé le livre aussitôt, je suis du genre Grosse-Chochotte-Qui-Ne-Lit-Pas-Des-Trucs-Trop-Durs, et pourtant j’ai tout lu jusqu’à la fin. Je l’ai dévoré. Crunch-Crunch, Miam-Miam.
Et puis la fin est frustrante tout comme il faut.



— Style riche et soutenu.

— Personnages, principaux comme secondaires, mémorables…

— Des intrigues multiples qui s’emboîtent à merveille et qui proposent une histoire unique.

— La nature de certaines scènes de sexe, en dépit de la qualité indéniable du roman.


Bilan de cette lecture atypique (pour moi) : Très très positif.
Je pense l’avoir assez bien décrit, mais j’ai été très surprise de la qualité de ce roman. On ne s’attend pas forcément à lire un livre aussi travaillé quand on lit la quatrième de couverture.
Il y a d’abord cette narration soutenue, très délicate et qui prend son temps. Puis ces personnages variés qui arrivent à sortir des clichés habituels, et pour finir cette histoire formidablement construite et addictive… J’ai tout aimé, à deux ou trois détails près mais qui ne viennent pas gâcher l’ensemble.
Selon moi c’est un roman qui n’a pas à rougir et un premier tome qui donne particulièrement envie de découvrir le reste de la série.



Un livre auquel on ne s’attend pas



4 commentaires:

  1. Je ne sais pas trop si je pourrai aimer, mais pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment spécial, j'ai moi-même découvert un genre avec ce livre, mais si les particularités de ce roman ne t'effraient pas, alors tente le coup, parce que c'est vraiment très bon, très très très bien écrit, avec des personnages particulièrement travaillés.

      J'ai terminé il y a peu ma lecture du dernier tome en anglais (La plume de l'auteure en VO est une petite merveille) et je peux t'assurer que ça gagne en qualité et en profondeur, c'est moins barbare ; plus politique, complots & trahisons. Ce premier tome pose les bases, mais toute la série ne surfe pas sur des scènes... difficiles, au contraire.

      En tout cas, si tu te laisse tenter, n'hésite à revenir partager ton avis ! ;-)

      Supprimer
  2. Je reviendrai vers toi si je lis cette saga :) En tout cas, ta chronique m'a intriguée et je suis curieuse :)
    La seule chose qui me fait un peu peur c'est le style soutenu.. A voir donc :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. PS : Le prologue et un petit bout de premier chapitre sont disponibles en extrait sur Amazon, et surement ailleurs, je ne suis pas sure que ce soit vraiment représentatif, mais ça peut t'aider ;)

      Supprimer