Dernières critiques





3 juin 2016

Critique #73 : Le Roi — Les masques tombent, et avec eux les dernières barrières...


Le roi
(Prince captif #3)

C. S. PACAT

Milady, 8 juillet 2016
Lu en VO

Amazon / Booknode


L'identité de Damen a été révélée, et il doit maintenant affronter son maître, le Prince Laurent, en tant que Damianos de Akielos, l'homme que Laurent a juré te tuer. La bataille qui s'ensuit les emmène aux confins d'Akielos, où ils vont vivre l’affrontement le plus dangereux qu'ils aient jamais connu.

Au commencement de cette bataille capitale, les futurs de deux royaumes sont en jeu. Au Sud, les forces de Kastor se rassemblent. Au Nord, les armées du Régent se mobilisent pour la guerre. Le seul espoir de Damen est de s'allier à Laurent, face à leurs usurpateurs respectifs. Mais même si la confiance fragile qu'ils ont construite survit à la révélation de l'identité de Damen, pourra-t-elle résister à l'ultime complot meurtrier du Régent pour obtenir le trône ?




Attention : Comme pour toutes les critiques de suite, les paragraphes qui suivent peuvent comporter des spoilers, uniquement pour les personnes n'ayant pas lu le tome précédent. Pour les autres, pas de panique, je n'ai rien mis de compromettant.

Le premier tome était excellent, le deuxième encore mieux, et le troisième… Une pure tuerie. Un déchaînement d’émotions, de sensations et d’évènements qui vient conclure une saga qui a bouleversé mes attentes en la matière, et qui m’a fait découvrir la plume d’une jeune auteure très talentueuse.
Je précise que le livre sortira en français le 8 juillet, et je l’ai donc lu en anglais.

Pour ce dernier tome, on arrête de prendre des gants. L’auteure nous bouscule d’emblée avec une trahison que je n’avais pas vu venir, même pas un peu. C’était choquant, inattendu et ça m’a beaucoup remuée.

Comme le nom du tome le laisse sous-entendre, Damen se présente à nous en tant que Roi, sans pour autant perdre ce petit quelque chose de soumission qu’il a finalement apprivoiser. C’est vraiment un dirigeant respectable, qui n’a qu’une parole et qui pense avant tout à son peuple. Enfin, je devrais plutôt dire : un pas-encore-mais-très-bientôt-Roi.
Damen effectue un revirement important dans le second tome, aussi il n’apparaît que plus déterminé dans cette fin. C’est toujours un plaisir de le suivre et d’être derrière lui à chaque coup dur, à chaque mot tranchant, à chaque trahison… parce que c’est là le maître-mot de ce tome. On pourrait croire qu’il se fragiliserait devant tant d’adversité mais il en ressort plus têtu et plus combatif que jamais, même si ses nerfs sont mis à rude épreuve.
Laurent n’est pas en reste non plus et il m’a beaucoup surprise, dans le bon sens comme dans le mauvais, mais je lui pardonne volontiers ses vilains travers tant il met les formes pour se faire « pardonner ». On pouvait se douter, dans les précédents tomes, que ce jeune prince Veretien avait vécu des choses traumatisantes dans son adolescence, ne serait-ce que la mort de son frère adoré et vénéré, mais là, il est clairement question d’abus, qui ne sont jamais nommés mais que l’on peut aisément deviner. C’est terrible et à mes yeux, ça le rend encore plus fragile et borderline. Mais avec ce dernier tome, on a l’occasion de le voir s’abandonner réellement, briser les dernières barrières qu’il tentait vainement de maintenir et de se montrer sous un nouveau jour, tel un futur monarque respecté.
Oh, et bien sûr, d’autres personnages entrent dans la lumière ou y reviennent, comme le Régent, ou encore Jokaste et Kastor, notre duo d’improbables souverains. Chacun y allant de son petit coup d’éclat avant d’affronter la haine et la vengeance de nos héros.

Chose assez surprenante, on a le droit au début à un chapitre consacré à Laurent, c’était utile pour expliquer certaines choses mais j’aurais aimé lire d’autres passages comme ça du coup… Ça aurait été intéressant d’avoir ses propres mots plutôt que les impressions de Damen, même si le point de vue de ce dernier est indéniablement très… stimulant.
Le livre est assez bien rythmé même s’il n’y a pas tant d’affrontements que ça, on n’assiste pas non plus à un défilé constant de batailles sanglantes et de combats sur le fil de l’épée. Disons que l’auteure joue habilement avec les tensions entre les différents personnages pour nous mener par le bout du nez jusqu’à un affrontement final qui relève plus d’un règlement de comptes verbal que physique. Mais les différents conflits armés sont très bien décrits et vraiment convaincants, on est dedans à 100 %.
On assiste à nouveau à quelques passages d’une tendresse insoupçonnée avec une pointe de laisser aller qu’on ne peut pas bouder. J’aime beaucoup le couple Damen/Laurent. On ne sait jamais sur quel pied danser avec eux et ça engendre une frustration très agréable et très addictive.
J’ai beau avoir dévoré ce livre plusieurs fois, au point de ralentir sérieusement mes autres lectures, il y a un point qui, selon moi, ruine tout le boulot.
La fin.
Elle est particulièrement abrupte, un peu comme si on m’avait coupé les dix dernières minutes d’un film. C’était beaucoup trop court et trop expéditif pour savourer réellement cette fin. Je sais que l’auteure a prévu plusieurs nouvelles, l’une se déroulant entre le tome 2 et 3, d’autres faisant suites au troisième tome, mais ça ne change rien à la déception que provoque cette fin. Parce qu’il y a beaucoup trop de questions sans réponses, et je ne suis même pas en train de parler d’un éventuel Happy Ending, juste de points très importants dans l’histoire qui sont laissés à la libre interprétation du lecteur. Pour moi, c’est un peu du gâchis d’avoir écrit une histoire aussi riche et détaillée pour finalement proposer ce genre de final. Il y a bien quelques indices distillés tout au long du roman, mais ça reste très flou et trop insuffisant pour être appréciable.



— Damen / Laurent : l’aboutissement de deux tomes d’attente.

— Un récit rythmé qui n’est noyé ni dans les combats à l’épée, ni dans les joutes verbales cinglantes mais qui propose plutôt un savoureux mélange des deux. Il y en a pour tout le monde !

— D’excellents rebondissements absolument imprévisibles.

— La fin est beaucoup trop courte et très vague.


Ce troisième tome achève la trilogie avec beaucoup de finesse et de beauté. On assiste encore à des dialogues pétillants et des combats féroces, le tout avec un Damen plus combatif que jamais et un Laurent plus fragile encore.
Je ne pensais pas autant apprécier un livre, et plus globalement une série, avec un univers aussi masculin, ce n’est pas que je sois une grande féministe, mais quelques personnages féminins apportent toujours, à mon sens, un équilibre appréciable. Mais ici, je n’ai pas ressenti cela, je me suis laissée entraîner dans cet univers souvent atroce, parfois sordide mais toujours surprenant.
J’aime la direction dans laquelle l’auteure est partie pour conclure sa série, je regrette cela dit qu’elle n’ait pas pris la peine d’étayer d’au moins une ou deux pages supplémentaires (Et les épilogues alors, c’est en option, hein ?!!) sa fin de façon à ne pas couper de manière aussi brutale l’histoire. Beaucoup trop de choses restent sans réponse mais malgré tout, j’ai décidé de ne pas sanctionner la note, parce que j’ai pris trop de plaisir à lire ce tome. Et je nourris l’espoir que les nouvelles à venir viendront combler certaines absences… Et puis je dois admettre que, dans tous les cas, c’est toujours douloureux de laisser partir des personnages auxquels on s’est beaucoup attaché.

En conclusion, c’est une série que je recommande vivement car elle arrive à se dégager des étiquettes qu’on aurait tendance à lui coller, et elle n’a pas cessé de me surprendre, tant sur les personnages que sur la trame. Je suis certaine qu’elle vous surprendra vous aussi.



Un très gros coup de cœur



4 commentaires:

  1. oh my god, que j'ai hâte de l'avoir!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol, c'est le cœur qui parle, ah ah !
      Encore un tout petit mois d'attente... :D

      Supprimer
  2. Je n'en peux plus d'attendre et ton avis enthousiaste me rend encore plus impatiente...
    Merci pour ta chronique qui ne dévoile rien des moments clés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que mon avis n'en dévoile pas trop, j'ai toujours peur de m'emballer et de parler... parler, et de finir pas balancer un truc compromettant ^^'
      Patience... :-P
      Ça en vaut la peine !

      Supprimer