Dernières critiques





20 juin 2016

Critique #78 : Heart of Betrayal — Qu'est-ce qu'on ne ferait pas par amour ?


Heart of Betrayal
(The Remnant Chronicles #2)

MARY E. PEARSON

Henry Holt & Company, 7 juillet 2015
Uniquement disponible en anglais.

Amazon / Goodreads


Retenus prisonniers dans le royaume de Venda, Lia et Rafe ont peu de chance de s’en échapper. Soucieux de lui sauver la vie, l’assassin de Lia, Kaden, a dit au Komizar qu’elle avait le Don, et l’intérêt que lui porte désormais le Komizar est bien plus grand que ce qu’elle avait envisagé.

Pour autant, tout n’est pas aussi simple ; il y a Rafe, qui a menti à Lia, mais qui a sacrifié sa liberté pour la protéger ; Kaden, qui avait pour mission de l’assassiner mais qui lui a finalement sauvé la vie ; et les Vendariens, que Lia a toujours considérés comme des barbares mais qui s’avèrent être bien plus que ça. Maintenant qu’elle vit parmi eux, elle réalise qu’elle est loin du compte.
Luttant contre ce qu’on lui a enseigné, son Don, et ses propres opinions, Lia doit maintenant faire des choix capitaux, qui affecteront non seulement son royaume… mais aussi sa destinée.
(traduction personnelle)




Attention : Comme pour toutes les critiques de suite, les paragraphes qui suivent peuvent comporter des spoilers, uniquement pour les personnes n'ayant pas lu le tome précédent. Pour les autres, pas de panique, je n'ai rien mis de compromettant.

Après un week-end radieux, ensoleillé, doux… retour au lundi tout gris et tout pluvieux. Et ça va durer en prime… Humph…

Il y a quelque temps, je vous avais fait découvrir « The Kiss of Deception », un roman qui m’avait surprise avec un triangle amoureux divinement bien exploité. D’ordinaire, ce n’est pas le genre de configuration qui m’attire, mais là, c’était tellement bien fait que j’ai tout de suite adhéré à ces personnages, et j’ai trouvé la narration vraiment top. Alors, j’ai fini par lire la suite, qui, sans être à la hauteur du premier tome, reste tout de même très efficace.

Le tome 2 continue immédiatement après le tome 1. Lia est aux mains du Komizar, sous l’étroite surveillance de Kaden, et Rafe se fait passer pour un émissaire pour pouvoir garder un œil sur la jeune femme, tout en cachant son identité. Cette fois, l’alternance entre les POVs est mise en place dès le début et c’est très agréable.

J’ai beaucoup aimé l’évolution de Lia dans ce livre, on peut dire que c’est une vraie lionne, qui montre les crocs et ne se laisse pas faire par le Komizar, quitte à se prendre de sévères retours de bâton. On n’échappe pas à quelques moments de faiblesse, ici et là, qui baisse un peu la tension au détriment de l’histoire, je trouve, mais ça reste acceptable et puis, Lia ne peut pas devenir du jour au lendemain un stratège hors pair. Elle fait des erreurs, apprend, rebondit, tout cela avec une certaine éloquence, il faut bien l’admettre. Elle m’a éblouie la petite… Et puis elle commence à jouer avec les sentiments qu’elle inspire aux hommes, c’est juste assez prononcé pour faire d’elle une femme forte et un poil manipulatrice, mais heureusement pas assez pour qu’elle se transforme en vipère.
Le fait de savoir qui sont Kaden et Rafe ne change finalement pas grand-chose à la situation, parce que si le lecteur, lui, a accès à ses informations, nos protagonistes nagent encore dans le flou, surtout Kaden. Il est tiraillé entre son attirance manifeste pour la jeune femme, attirance qui le rend faible aux yeux du Komizar, et son devoir vis-à-vis de sa patrie. Et Rafe, fidèle à son statut princier, et également dicté par ses hormones (N’y allons pas par quatre chemins…), se précipite tel un chevalier servant à la rescousse de sa dame, mais les choses ne vont pas se dérouler comme il l’avait prévu, parce que le Komizar va lui mettre la pression, pour essayer de la faire flancher à coup de chantage.
Et parlons-en de ce Komizar, l’étrange dirigeant de ce peuple d’opprimés et de rescapés. Dicté par des pulsions meurtrières et un sens du devoir douteux, j’ai d’abord cru qu’il enverrait nos deux captifs au bûcher, car Kaden était quand même censé assassiné la Belle dans son sommeil à la base… mais le Komizar a finalement d’autres projets, bien plus pervers et sadiques. C’était vraiment sympa même si, pour le coup, je l’ai vu venir…
Pauline pointe également le bout de son nez mais de manière très sporadique et qui ne permet pas d’en tirer quoi que ce soit, à voir pour la suite…
J’aime beaucoup comment les relations évoluent entre tous ces personnages, chacun croit savoir ce que l’autre a en tête mais se trompe lourdement, ça donne des scènes aux sous-entendus flagrants pour le lecteur mais qui échappent toujours à l’un des participants.
Le triangle amoureux se perpétue ici aussi, et même si Lia semble faire un choix manifeste à la fin du roman, je dois admettre que je ne suis pas du tout convaincue et je m’attends à un retournement de situation dans le dernier tome. Bon, peut-être que c’est aussi parce que je n’aurais personnellement pas opté pour ce prétendant mais… hum… Ben, je verrais bien.

Ce deuxième tome est assez riche en émotions et en suspense. Certaines choses resteront toujours prévisibles mais l’auteure joue encore merveilleusement bien avec les non-dits et les sous-entendus pour rendre le moindre dialogue presque jubilatoire.
Il y a aussi plus d’action que dans le premier tome même si on ne bouge pas énormément, on apprend beaucoup de choses sur Venda et Dalbreck. Et puis on sent bien que la guerre va éclater d’une seconde à l’autre, laissant déjà des morts dans son sillage…
Encore une fois, c’est un petit peu long à se mettre en place mais la deuxième partie du roman est vraiment très bonne, excellente même. On fait le plein de combats, de manipulations, de mensonges et de trahisons… et j’ai adoré.
En revanche, il y a bien un point qui vraiment me dérange énormément, c’est l’aspect Fantasy qui passe, mais alors totalement aux oubliettes. Ce n’était déjà pas très présent dans le premier livre et je m’attendais à ce que ça le soit plus ici… mais pas du tout, il y a certains indices qui mettent sur la voie mais rien de plus, ça revient constamment, comme un tourniquet, et ça nous aguiche, mais l’auteure n’a visiblement pas souhaité développé cet aspect de l’histoire avant le troisième tome. Enfin, je l’espère, sinon, ce serait du gâchis et je ne comprendrais pas, alors, pourquoi elle a mis en avant certaines choses…
C’est vraiment dommage mais, dans tous les cas, la fin est magique, merveilleuse, frustrante et… donne irrémédiablement envie de plonger dans le dernier bouquin.



— Lia en mode : cojones.

— Kaden et Rafe qui tombent de haut, et c’était vraiment bon.

— Un mystérieux Komizar qui se dévoile et qui s’avère finalement très divertissant.

— Encore une fois, on joue avec le triangle amoureux et ce coup-ci, c’est Lia qui mène la barque et J’AIME. #THUMBUP

— On s’éloigne des clichés et on redécouvre/découvre avec plaisir certains personnages…

— Toujours pas de Fantasy ? Euh…

— Personnages très secondaires du premier tome laissés à l’abandon.

— La couverture est moins belle que le premier…

— Mais...mais, mais mais, mais... Pourquoi LUIIIII ???? Nooooooon… (Faux négatif en fait, juste un élan du cœur que je ne pouvais pas réprimer... diantre !)


Avec ce deuxième tome, c’est soit ça passe, soit ça casse.
Les intrigues sentimentales se croisent et s’emmêlent pour le plus grand plaisir du lecteur (si tenté qu’il aime ça bien sûr, ah ah !), et j’ai dévoré le livre, pendue aux lèvres de Lia et dans l’attente de ses actes de rébellion.
J’ai regretté une thématique Fantasy aux abonnés absents et encore quelques longueurs dans le récit mais globalement, c’était bien fait, bien écrit et enivrant. Je ne suis pas du tout d’accord avec les goûts de Lia, mais j’imagine que je n’ai pas vraiment le choix… En tout cas, j’ai hâte de savoir sur qui elle va finalement jeter son dévolu, et j’espère qu’on aura rapidement des explications sur ce tigre… et ce don ! O.O



Très bien, hormis quelques détails...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire