Dernières critiques





9 juillet 2016

Critique #82 : Le baptême du feu — Des personnages surprenants pour un récit qui l'est moins


Le baptême du feu
(Sorceleur #5)

ANDRZEJ SAPKOWSKI

Milady, 20 Janvier 2012

Amazon / Booknode


La jeune Ciri a été enlevée et est contrainte d’épouser l’empereur de Nilfgaard. Geralt de Riv se rue à son secours sans une seconde d’hésitation, malgré ses blessures.

Dans son dangereux périple, il sera accompagné par Jaskier, son fidèle ami barde, et d’autres compagnons de fortune.

Ils ne seront pas de trop, car la guerre sévit de tous côtés, et les magiciennes rescapées tentent de sauvegarder l’avenir de la magie…




Attention : Comme pour toutes les critiques de suite, les paragraphes qui suivent peuvent comporter des spoilers, uniquement pour les personnes n'ayant pas lu le tome précédent. Pour les autres, pas de panique, je n'ai rien mis de compromettant.

Le dernier tome m’a pas mal bousculée, avec des phases chaotiques et une atmosphère bien plus sombre que ses prédécesseurs. Mais ça ne m’a pas découragée pour autant de continuer cette saga, parce que je me suis tellement attachée à ces personnages que je suis prête à supporter les vilaines manies de l’auteur pour retrouver Geralt, Ciri, Yennefer et tous les autres.

Que dire, que dire, que dire… Eh bien, ça commence gentiment et lentement, compte tenu des évènements de clôture du tome 4.

Geralt se fait soigner dans la forêt de Brokilone, grâce à l’intervention de Triss. Il a très grièvement été atteint et je crois bien que si Triss n’avait pas été là…
Enfin… Il lui faut du temps pour se remettre d’aplomb et, justement, on peut dire qu’il déprime pas mal notre sorceleur. Il est même tombé au fond du trou. Ce n’est pas nouveau pour le lecteur de voir Geralt avec le moral au plus bas, mais là, c’est bien plus que ça. Il est rompu, abattu, défaitiste… physiquement affaibli.
Heureusement, Jaskier revient très vite dans la partie, en apportant avec lui sa bonne humeur et sa malice. Il ne va pas faire de grands miracles, mais son insouciance et sa persévérance vont payer puisqu’ils repartent tous les deux sur la route.
Se joint à ce duo – auquel on est habitué mais qui n’en reste pas moins surprenant pour les autres – Maria, une dryade de Brokilone qui accepte d’aider Geralt dans sa folle entreprise. Têtue, bourrue et incroyable archère, Maria apporte au groupe une expertise et un franc-parler indéniable, mais pour la féminité, on repassera plus tard. N’empêche que ça marche et que ça fait même sourire à certains moments, surtout les interactions entre Jaskier et Maria, puisque Geralt a le blues…
J’aurais aimé vous parler des autres personnages qui vont compléter ce groupe improbable (à côté la Communauté de l’Anneau c’est de la rigolade, ah ah !), mais ce serait un flagrant délit de spoil et puis ces personnages sont très surprenants et très agréables à suivre. Ils promettent des dialogues assez étranges et drôles, et des situations loufoques et amusantes. Pour ça, vous ne serez pas déçu !
Et puis… Ciri disparaît presque… et j’étais été très déçue de ne pas la suivre plus que ça, d’autant plus que son parcours est étrange et pas franchement intéressant. Vraiment très étrange…

Là où le tome précédent était tout de même plus sportif, ici, c’est très long et lent. Il ne se passe pas grand-chose et on peut dire qu’on tourne un peu en rond, en même temps que Geralt.
Il y a encore des passages très morcelés, où l’on change de pointe de vue à chaque page, mais là, pour le coup, j’ai réussi à suivre ce qu’il se passait sans trop de problème.
Mais en dehors de ça, il n’y a pas grand-chose à dire. Pour moi, ce tome est comme une grande parenthèse entre deux livres plus importants. Il ne se passe pas grand-chose, on a littéralement perdu de vue certains personnages clés, et Geralt s’enfonce dans une réflexion égoïste et pleine de noirceur, qui lui ressemble assez, mais qui casse complètement la dynamique du bouquin, même avec des camarades de voyages aussi… divertissants.
Quelques passages très amusants avec Jaskier sont rafraîchissants mais ne sauvent pas l’ensemble. La fin amène toutefois la curiosité…



— Comme je le voulais à la base : un livre centré sur Geralt...

— Jaskier et… les autres. Hum.

— Une bonne fin qui vient relever le niveau.

— …malheureusement, il nous fait une grosse déprime.

— Très long et très lent. Peu d’action.

— Ciri m’a manqué.

— Aucune explication sur la Traque sauvage…


J’ai interrompu ma lecture plusieurs fois, pour pouvoir terminer ce livre.
Du fait du manque cruel d’action, de rebondissements, de combats ou même de magie… Enfin, il y en a quand même un peu, mais comme on tourne en rond, tant avec Geralt que sur le plan géographique, c’est vraiment dérangeant et peu divertissant.
Les personnages, en revanche, viennent combler les lacunes de l’histoire et apporte un peu de fraîcheur à l’ensemble. Mais quand même, tout ça pour ça ?
J’ai été contente de retrouver certains personnages, et d’en découvrir d’autres, mais je regrette vraiment que le reste ne suive pas. J’espère que le prochain tome reprendra un peu mieux le flambeau.



C’est pas terrible…



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire