Dernières critiques





15 juin 2017

Critique #192 : Horizon ~ Une aventure sans frontières


Horizon
(Horizon #1)

TABITHA LORD

Wise Ink Creative Publishing, 1er décembre 2015
Uniquement disponible en anglais

Amazon / Goodreads


Caeli Crys isn’t living—she’s surviving. On the run after the genocide of her empathic people, she witnesses a spaceship crash near her hidden camp. When she feels the injured pilot suffering from miles away, she can’t help but risk discovery to save his life.

Commander Derek Markham awakens stranded on an uncharted planet. His co-pilot is dead, his ship is in ruins, and he’s only alive because a beautiful young woman is healing him with her mind.

As Derek recovers, Caeli shares the horror of her past and her fear for the future. When Derek’s command ship, Horizon, sends rescue, Derek convinces Caeli to leave with him. But his world is as treacherous as hers—full of spies, interplanetary terrorist plots, and political intrigue. Soon the Horizon team is racing to defend an outlying planet from a deadly enemy, and Caeli’s unique skills may just give them the edge they need to save it.




Pour celui-là, j’avoue, j’ai cédé devant la cover. Elle me rappelait un vieux jeu vidéo auquel j’avais joué et… m’enfin. Le résumé aussi avait l’air intéressant, hein. Et finalement, c’était une bonne lecture, quoique plus légère qu’escompté.

Parlons un peu de cette plume. Le texte, au passé et à la troisième personne, alterne entre les points de vue de Derek et Caeli. Pour ce premier tome, il y a pas mal de descriptions et introspections, en raison des pouvoirs de Caeli, mais c’est toujours très fluide et jamais ennuyeux. Les paysages décrits donneraient d’ailleurs envie à n’importe qui d’embarquer sur un vaisseau et de se faire une petite croisière spatiale du côté de Proxima du Centaure. C’est dépaysant et on garde quand même assez de repères pour se familiariser très vite avec l'univers.

Caeli est une jeune empathe très puissante, également capable de soigner par simple toucher. Elle visualise les blessures et, grâce à ses connaissances en médecine, parvient à les soigner rapidement. Caeli est en cavale sur sa planète d’origine, Almagest, qui jusque-là était cachée aux yeux de tous par un mystérieux bouclier. Mais les différentes branches de son peuple se sont combattues et déchirées, et désormais la jeune femme doit fuir pour sauver sa vie…
J’ai tout de suite apprécié Caeli parce que j’adore son caractère avenant, son initiative et oui, ses pouvoirs aussi. C’est une survivante qui honore la mémoire de ceux qu’elle a perdus et qui entend bien libérer les siens et restaurer l’ordre sur sa planète.
Mais pour le moment, c’est vraiment, mais vraiment, mal barré.
Caeli parvient à échapper, jour après jour, aux soldats qui la traquent, jusqu’à ce qu’elle assiste, bouleversée, au crash d’une navette non loin de là où elle s’est réfugiée.
Et nous faisons donc la connaissance de Derek, l’un des pilotes de la navette crashée, que Caeli sauve in extremis. Derek est Commandant sur le vaisseau Horizon, sous les ordres du Capitaine Donovan. Il effectuait une mission de reconnaissance quand il s’est retrouvé attaqué.
Caeli a ses pouvoirs pour elle, Derek son statut de pilote hors pair et respecté. Il est sympathique mais sans plus, il me manque quelque chose. Malgré les chapitres de son point de vue, je n’ai pas eu l’impression d’apprendre à le connaître, pas comme Caeli, dont toute l’histoire est racontée. Cela dit, il a vraiment l’air intéressant et j’en attends plus dans la suite. Tout comme l’équipage du vaisseau Horizon. Les membres de l’équipe de Derek sont présents pour un bon tiers du roman, mais pour le moment, j’aurais bien du mal à remettre leur nom et leur position tant ils sont interchangeables, en dehors peut-être de Kat, la seconde de Derek, dont la personnalité est plus poussée.
Ce n’est pas plus gênant que ça pour ce premier tome, sachant que tout indique qu’on va passer un long moment avec eux dans le prochain tome.
Et puis il y a une romance, très légère et très rapide, mais pertinente par rapport au contexte. Pour le moment, ça ne rajoute pas grand-chose aux personnages ni à l’histoire, comme pour le reste, à voir dans la suite.

L’intrigue de ce premier tome se résume à beaucoup de raconté avec un peu de vécu. Une grosse partie revient sur le passé de Caeli, chose importante qui pourrait toutefois rebuter ceux qui recherchent plus d’action. Après, c’est un peu plus dynamique mais c’est encore lent à se mettre en place. La transition entre Almagest et Horizon est expéditive tout comme la façon dont Caeli a été incorporée à l’équipe de Derek. Ça se fait presque en un claquement de doigts. Ceci dit, Derek et son équipage qui luttent contre le crime dans la galaxie, c’est super cool.



— L’univers, l’histoire.

— Caeli et ses pouvoirs d’empathe.

— Trop léger sur les personnages secondaires et les missions de Derek.


Pour un premier tome, c’est pas mal du tout. L’univers donne envie, les personnages principaux aussi, mais le reste manque de détails et de soin. Sans oublier le rythme du récit qui n’est pas toujours entraînant ou au contraire, parfois trop rapide. Malgré tout je suis assez intriguée pour me tourner vers le deuxième tome, qui est sorti récemment, surtout que d’après le résumé, Caeli retourne sur Almagest…



Un début encourageant



1 commentaire: